0 5 minutes 3 mois

Colloque « Algérie 1962-2022, Trajectoires d’une nation et d’une société », IFG — 23-25 juin 2022, Panthéon-Sorbonne Paris Algérie 1962-2022,

https://iismm.hypotheses.org/66496

Comité d’ organisation Ali Bensaad, Mouloud Boumghar, Fatiha Talahite Préambule En arrachant son indépendance il y’a 60 ans, l’Algérie s’est trouvée projetée dans une toute autre dimension que celle où la maintenait le carcan colonial, transformant radicalement, et de façon incomparable, le vécu des Algériens et des Algériennes et ouvrant à leur destin un champ de possibles qui leur étaient jusque- là inaccessibles.

Depuis et en ce soixantième anniversaire de l’indépendance, ce seront trois pleines générations successives d’Algériens, c’est-à-dire l’écrasante majorité de sa population, plus de 90%, qui auront vécu, depuis leur naissance, dans un pays indépendant, et pour le reste, l’essentiel de leur vie.

La trajectoire indépendante du pays est dorénavant ancrée et inscrite dans la densité du temps et, depuis 60 ans, c’est comme pays indépendant que l’Algérie fait face à son destin et le construit.

Aussi, c’est à l’Algérie indépendante et à ses trajectoires comme nation et comme société indépendantes que choisit de s’intéresser le colloque. S’interroger sur ce parcours n’est pas interroger l’indépendance, réalité irréversible et donnée intangible.

C’est s’interroger sur un pays et une société, indépendants comme d’autres, parmi d’autres, et responsables de leur destin y compris sur la manière d’assumer et de faire face au passif des héritages aussi lourds et inhibants soient-ils.

Cette trajectoire indépendante sur le temps long de la traversée de trois générations a tissé une temporalité suffisamment épaisse pour faire histoire. Une histoire avec, maintenant, une perspective dont la profondeur acquise appelle à l’interrogation et au débat et qui, tout à la fois, les autorise et les commande. C’est cette histoire, en train de s’écrire depuis maintenant 60 ans, qui détermine pour l’essentiel les dynamiques qui travaillent la société algérienne. Une histoire qui, même si elle en hérite des éléments, transcende le seul moment colonial et son pendant de guerre de libération, et ne saurait y être enfermée. Figer la trajectoire du pays dans ce moment participe du déni de la complexification de la société algérienne et surtout d’une volonté de négation des dynamiques et évolutions qui portent cette société vers un désir d’approfondissement de son émancipation S’interroger sur ce parcours , c’est ce que, précédant la réflexion intellectuelle et y invitant, ne cesse de faire la société algérienne elle-même depuis les premières années de l’indépendance. Elle le fait y compris en réprouvant et dénonçant le cours pris par certaines trajectoires de ce parcours et même en s’interposant contre certaines de ses bifurcations régressives comme le fait le Hirak depuis plus de 3 ans maintenant.

Celui-ci, au-delà de ses manifestations protestataires, a ouvert, de fait, un grand chantier d’interrogation et d’élaboration, toujours en cours, d’un regard critique, en acte, de certaines des principales orientations qui ont été imprimées à ce parcours. Interrogeant et contestant les pratiques autoritaires et prédatrices du régime politique qui ont contrarié voire combattu tout autant l’émergence d’une citoyenneté que celle d’un développement économique et social, les débats au sein du Hirak ont également fait émerger des questionnements qui travaillent la société de son intérieur.

La question sociale, celle du patriarcat, la condition des femmes ou la place du religieux dans l’ordre social et politique, ou la question de la diversité linguistique et culturelle, sont autant de questions qui conditionnent le devenir du pays. Il est nécessaire et vital que soient portés une réflexion et un regard critique sur cette trajectoire de 60 ans non pas pour relativiser l’aspiration à la souveraineté nationale qui a porté le mouvement d’indépendance mais au contraire pour la consolider en lui donnant une nouvelle perspective, celle de son prolongement par la souveraineté citoyenne. https://iismm.hypotheses.org/66496

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.