0 4 minutes 2 ans

Déclaration /communiqué,

Depuis plusieurs mois, le peuple algérien fait face à une terrible et violente vague de répression qui n’a d’égale par le passé. Un climat de peur et de terreur progressivement instauré par le pouvoir, pour venir à bout de la révolte populaire, et qui se durcit au fur et à mesure que l’on s’approche du rendez-vous électoral du 12 juin prochain.

Dans l’Algérie d’aujourd’hui, il est interdit d’exprimer la moindre opinion contradictoire avec la politique du régime, comme il est interdit de manifester, de se rassembler, de s’organiser ou simplement de débattre. Tout manquement à ce diktat constitue un délit qui expose son auteur à une arrestation, à des poursuites judiciaires et une condamnation à de la prison ferme.   

Face à cette situation gravissime de violation des droits humains et des libertés fondamentales, il incombe à tout citoyen algérien, épris de justice et de liberté, de s’élever contre ces pratiques autoritaires et liberticides, et de dénoncer les atteintes à l’intégrité physique des citoyens, la torture et le viol dont sont victimes les militants en Algérie.

A cet effet, les militants algériens de la Coordination de l’inter-collectif de la région parisienne ont décidé d’interpeller le Haut-commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) des Nations-Unies sur la grave détérioration de la situation des droits humains en Algérie. Un rapport détaillé sur les différentes formes de répression et d’arbitraire, illustré par des exemples poignants et qui ont suscité l’indignation des citoyens, sera déposé au siège du HCDH à Genève, ce samedi 29 mai 2021.

Cette journée de lutte contre l’arbitraire et la tyrannie en Algérie, sera également marquée par l’organisation d’un cortège de militants de Paris à Genève et la tenue d’un rassemblement populaire devant le siège du HCDH.

Par le recours à une violence aveugle, par la terreur, la répression, l’arbitraire et l’emprisonnement, le pouvoir algérien croit détenir les moyens de venir à bout d’une révolution pacifique portée par une majorité du peuple algérien et espère le faire renoncer ou le dévier de ses revendications légitimes et de son aspiration à un Etat de droit. 

Faut-il lui rappeler que le soulèvement populaire (le Hirak) est une dynamique historique qui ira, malgré tous les obstacles et toutes les manœuvres, jusqu’à la concrétisation des objectifs qu’il s’est fixés, à savoir : un Etat civil et non militaire, un Etat de droit des libertés et de l’égalité et une Algérie libre et démocratique.

Vive l’Algérie libre et démocratique

Vive la révolution pacifique du peuple

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *